1475
1924
SAGA de la Famille STEHELIN
de BÂLE à BURNHAUPT-le-HAUT

En souvenir de l'admission de Hans Stehelin comme
Bourgeois de la ville de Bâle le 30 août 1520
Habitations et Commerces , centre ville de Bâle - Suisse -
 
2ème à droite de l'Hôtel de ville : Zum grossen Neuenburg
3ème à droite de l'Hôtel de ville : Zum kleinen Neuenburg
4ème à droite de l'Hôtel de ville : Zum kalten keller
 
Croquis de Jakob Meyer de 1651 - Archives de Bâle -

Stehelin

Lig.
Nais.
Déc.
Mari.

Épouse

Habitation

Enf

Hans

1
1475
1555
1527

Mieg Magdalena

Bâle - Suisse

3

Johannes

15
1533
1564
1556

Bussinger Barbara

Bâle - Suisse

3

Johannes (Hans)

16
1556
1615
1578

Beckel Katharina

Bâle - Suisse

10

Johannes

17
1600
1660
1635

Götz Magdalena

Bâle - Suisse

5

Balthasar

60
1640
1686
1669

Iselin Elisabeth

Bâle - Suisse

7

Balthasar

61
1675
1746
1700

Ryhiner Margaretha

Bâle - Suisse

9

Balthasar ***

62
1704
1755
1739

Respinger Anna Katharina

Bâle - Suisse

3

Balthasar

63
1739
1797
1762

Gemuseus Dorothea

Bâle - Suisse

6

Hieronymus (Jerôme)

117
1771
1857
1803

Schönauer Christina Dorothea

Bâle - Suisse

7

Karl (Charles)

125
1805
1848
1829

Billig Amélie

Bitschwiller -Fr.

8

Charles René Édouard

126
1834
1893
1856

Genlot Joséphine

Pont-d'Aspach -Fr.

8

Henri

132
1870
1899
1895

Juncker Madeleine

Burnhaupt-Haut -Fr.

1

Marie

1900
1984
1924

Roth Alexandre Georges

Burnhaupt-Haut -Fr.

1

Fin de la lignée

1924

à Burnhaupt le Haut

Pour mémoire : la fondation Stehelin-Staehelin vient en aide au descendant de la lignée 1 à 18, 125, 150
Épitaphes -
Merci à Dr Félix Stähelin qui en décembre 1903, à Winterthur, pris l'initiative d'écrire l'épitaphes des familles Stehelin et Staehelin, qui constitue un document généalogique et historique très complet d'une famille bâloise les STEHELIN ou STÄHELIN ou STAEHELIN

INTRODUCTION (125)

Karl Stehelin (1805-1848)

Usine de Bitschwiller

Locomotive Thann

Locomotive Bitschwiller

Débarcadère de Thann

Jerôme Stehelin (1741-1803) fils de Balthasar (***) était en 1792 , colocataire des Domaines pour les mines, le haut fourneau et les forges de Bitschwiller ainsi que pour celles de Willer. Accablé d'une maladie incurable, il confie la responsabilité de l'entreprise à son fils Henri qui achète l'ensemble aux Domaines pour la somme énorme de 2.091.000 francs le 24 août 1795. Il possédait également un haut-fourneau à Niederschonthal (Suisse) qui servait à approvisionner ses usines alsaciennes.
Le 14 décembre 1830, Henri s'associe avec son neveu Henri Huber (1806-1848) et son cousin Karl Stehelin ingénieur mécanicien (1805-1848)
et constituent ensemble la Société STEHELIN & HUBER.
Karl obtient le 12 février 1833 un avis favorable pour sa naturalisation. Après s'être attaché la collaboration d'un ingénieur anglais David Lloyd et compte tenu de l'expérience acquise dans la construction de machine à vapeur et de la chaudière fixe, la société STEHELIN & HUBER décident la construction d'une locomotive qu'ils seront les premiers à réaliser en Alsace.
Pour mémoire , le premier coup de pioche pour la construction de la ligne Mulhouse -Thann fut donné le 1 avril 1838 et inaugurée le 01/09/1839.
La première locomotive "ALSACE" construite en alsace, sortie des ateliers S/H à fait l'objet d'essai en octobre 1838 sur la ligne Paris -St Germain (inaugurée le 24 août 1837 par la reine et le Duc d'Orléans). Le 25 octobre 1838, Charles Stehelin eu l'honneur de conduire lui même sur sa locomotive "Alsace"
le prince royal, duc d'Orléans, de Paris à St Cloud..
Sur la ligne Mulhouse Thann, il fabrique la "locomotive Thann" qui le 14 août 1839, descend à Lutterbach en 12 minutes soit à la vitesse énorme pour l'époque de 70 km/h.
Si le nom de Kœchlin Nicolas (Industriel et homme public), restera le stratège alsacien du chemin de fer en alsace, il est hors de question d'oublier Stehelin Charles (Industriel et Ingénieur), l'autre entreprise haut- rhinoise promoteur de locomotive: (Dont le meilleur contrat du type clé en mains signé avec la Cie du chemin de fer Milan à Venise le 7/09/1843 comprend 10 locomotives, atelier d'entretien et matériel annexe (grues, roues avec essieu).
 
La société STEHELIN & HUBER de Bitschwiller qui à trois km de Thann ne disposant toujours pas d'un raccordement à la voie ferrée, (et cela malgré une demande de raccordement formulée à leurs frais et refusée régulièrement par le concessionnaire et patron unique de N. Koechlin), décide dès la fin de 1843 de convertir une partie des ateliers de constructions en fabrique d'étoffes feutrées de toute espèces (Usines de Bitschwiller, Oberbruck, Masevaux).
 
 Voir les pionniers de la construction de locomotive à vapeur en Alsace
 
Le 28/03/1848 à Paris, décèdent Charles Stehelin et Henri Huber. Pour des raisons de succession, la société est mise en liquidation le 12 mai 1849 et le tribunal de Belfort le 13/12/1849, l'adjuge pour la somme de 496.335 francs à Édouard Stehelin. Ce dernier fonde le 1/01/1850 la société en commandite Stehelin & Cie au capital de 350.000 fr. La société se spécialise dorénavant dans la fabrication de matériels textile, car la famille vigilante, y voit un avenir pour ses enfants. Ce fut le cas de Charles René Édouard, qui devint ingénieur en tissage.
A l'exposition de l'Industrie Française à Paris le 1 mai 1839, la locomotive Rhin, obtient la médaille d'Or et consacre le succès de cette nouvelle industrie qui se développe en Alsace . Le leader ship de la société Stehelin & Huber en alsace pour la construction de locomotive est confirmé. La société industrielle de mulhouse accepte son ingénieur David Loyd comme membre ordinaire.
...
Charles René Édouard STEHELIN (126)
De tempérament, entreprenant, suite au décès de son père à Paris le 28/03/1848, Charles René Édouard , devient Ingénieur textile et fonde en 1860, les tissages de coton Charles Stehelin et s'installe au Pont d'Aspach. Avec son épouse Genlot Joséphine ils eurent 8 enfants : Charles Nicolas Emile (1857), Amélie (1859), René Marie Henry (1860), Marie Emile (1863), Anne 1865), Charlotte (1868), Henri (1870)
 

Voir la Chronique Victor Schmidt sur Thann et les Billig (Grand mère de Charles)

Les Tissages Charles Stehelin se développe pour atteindre 180 métiers à tisser , créant une centaine d'emplois. Après un violant incendie en 1874, la reconstruction fut achevée en 1876. En 1895, Charles René Édouard cède à son fils René, la succession de l'usine.

L'usine fut entièrement détruite pendant les combats de la guerre 1914-1918. Les troupes françaises installées dans le secteur de la gare, en face de Pont d'Aspach, bombarde sans relâche l'usine, siège d'une compagnie Allemande. La ligne de front passera pendant 4 ans le long de la voie ferrée.

Henri STEHELIN (132)
Henri , le dernier des enfants de Charles René Édouard, après son mariage avec la veuve Juncker Madeleine le 23/10/1895, s'installe rue principale et devient Restaurateur en développant le Restaurant aux Deux Clefs. Il y décède le 23/10/1899 sans pouvoir connaître sa fille Maria qui va naître le 21/04/1900.
Le 7 janvier 1915, en fin de journée, une compagnie allemande s'installe dans la cour, et repoussent trois attaques françaises. Par sa situation en haut de colline, le greniers du restaurant aux Deux Clefs, offre une visibilité sur tout le village. Un poste d'observation allemand y est installé. Cible des batteries françaises l'immeuble et la grange sont sérieusement endommagés.
Maria STEHELIN
Fille unique de HENRI Stehelin et Juncker Madeleine, Maria Stehelin né le 22/04/1900, figure déjà comme adolescente sur la photo ci-dessus du restaurant endommagé. Sa demi soeur, Strauss Joséphine épousa Hirth Alphonse, qui élu Maire de Burnhaupt le Haut le 14 août 1921, lui proposa de s'habiller en alsacienne pour la cérémonie de remise de la croix de guerre à la commune lors des cérémonies du 11 novembre 1921. ( Voir Croix de guerre: 1914-1918)

Elle épousa à Thann , Georges Roth, devenu directeur de l'école d'Ammerschwihr. Sa fille Colette épouse Schielé, nous a rappelé à ses souvenirs.

...
....
...

Bibliographie

2003 - Janvier

Souvenirs de Colette Schielé - Histoire des parents

1989

Mulhouse et la conquête du rail - 1839-1889 - Bulletin SIM

1903 - Décembre

Épitaphes des familles Stehelin du Dr Félix Stahelin

1830

Acte de société n° 264 du 14/12/1830 devant M. Martin Notaire à Thann

1819

Baslerisches Burger-Buch von M. Lutz

1879

Basler Chroniken Bd I-VIII. Leipzig 1872-1945

1762

Schweizerisches Lexikon Zurich 1762 - S 481 - de Leu

1520

Basler Burger

1475

Rulingen geschrieben bei Knenel

1532

Basler Akten encore des Stehelli et Stehelin jusqu'en 1286
Le chroniqueur : Muller Daniel (Collection privé mise à jour le 10/02/2003)

...

Vers le haut

Copyright 2005 - Webmaster et photos : daniel.muller@tv-com.net