L' Alsacien Romain
Guerre des Gaules

-58
Le Bellum Gallicum
407

...

Les Commentaires de César

Le témoignage clé sur la guerre des Gaules.

 

Le Bellum Gallicum est le titre en latin des Commentaires de Jules César qui est le récit, année par année, des huit années de guerre qui ont conduit Rome à asseoir, après l'Espagne, sa domination sur la Gaule. Cet ouvrage est divisé en huit livres, dont le dernier est probablement l'oeuvre d'Hirtius, proche collaborateur de César.

Il est de bon ton, aujourd'hui, de mettre en cause la bonne foi et l'objectivité de César dans ses Commentaires.. Pour un grand nombre d'archéologues et d'historiens modernes, le texte des Commentaires de César, approximatif et flou dans ses descriptions, est scientifiquement inutilisable : "La topographie de César, plus schématique que précise, est ainsi assez floue pour que se multiplient aujourd'hui, souvent en vain, les études sur l'identification de certaines agglomérations ou forteresses, de champs de bataille, de cours d'eau, de points du littoral. César était précis pour les noms, pas pour les lieux et les distances. La question d'Alésia n'est que la plus célèbre et la plus vaine de ces querelles" écrit, en particulier, Paul-Marie Duval, Professeur au Collège de France.

Cette opinion, aujourd'hui assez répandue, est en flagrante contradiction avec l'avis des contemporains de César, partisans et adversaires politiques confondus : "Il a écrit des Commentaires vraiment dignes de tout éloge : ils sont nus, sans détours et pleins de grâce, dépouillés de tout apprêt oratoire () En voulant préparer des matériaux pour ceux qui ont dessein d'écrire l'histoire, peut-être fera-t-il plaisir à des sots qui s'efforceront de friser tout cela au petit fer ; quant aux gens sensés, il les a découragés d'écrire" pouvait écrire Cicéron (Brutus, 262). Tacite appelle César le plus grand des écrivains (summus auctorum divus Julius).

Qui donc a raison, des anciens ou des modernes ?

Mais avant de juger César, experts et érudits se sont-ils bien assurés que c'était bien le récit original qu'ils avaient sous les yeux ? Se sont-ils assurés, de la même façon, que le texte latin avait été lui-même correctement compris et traduit ? En d'autre termes, avant de porter un jugement de valeur sur l'objectivité historique du témoignage de César et et la précision topographique de ses descriptions, n'aurait-il pas convenu d'examiner, à la lumière de l'analyse philologique, les conditions dans lesquelles le texte des Commentaires avait été transmis au cours des siècles ?

On pouvait légitimement penser que cette condition méthodologique élémentaire avait été, de longue date, satisfaite. Il n'en est malheureusement rien. Les recherches paléographiques actuellement meneés sous l'égide de l'Institut Vitruve font apparaître, au contraire, qu'en dépit d'une première tentative méritoire de l'érudit Hollandais Franz van Oudendorp en 1737, aucun travail paléographique de fond n'a été entrepris depuis cette date sur les 283 manuscrits ou fragments du Bellum gallicum aujourd'hui recensés dans le monde.

Sans doute, jusqu'à une date récente, les moyens techniques appropriés faisaient-ils défaut. Mais surtout l'application systématique des principes de l'hypercritique allemande du siècle dernier, à laquelle restent attachés en ce qui concerne l'établissement du texte de César les noms de Nipperdey, Meusel et Klotz, a appauvri durablement la tradition éditoriale en mutilant parfois sévèrement le message du Proconsul romain. L'Ecole historique française contemporaine a sans doute manqué du nécessaire recul par rapport aux travaux universitaires d'outre Rhin, dont l'excellence fut longtemps jugée insurpassable.

Les conséquences de cet état de fait sont aujourd'hui malheureusement perceptibles : les éditions modernes, établies à partir d'un trop petit nombre de manuscrits ou d'éditions priores (une vingtaine dans le meilleur des cas) n'offrent aucune assise scientifique solide aux études des historiens ; les fautes de compréhension et de traduction abondent : pour le seul Livre VII des Commentaires, près de 400 fautes d'établissement du texte ou de traduction ont pu être relevées dans les éditions françaises les plus réputées !

C'est ainsi que depuis bientôt deux siècles, et sans en être bien conscients, historiens et archéologues ont fondé leurs recherches et leurs conclusions sur la localisation des principaux sites de la guerre des Gaules sur un texte mal établi, mal compris et mal traduit.

--ooOoo--

 

Description :

Des camps romains

Chronologie des campagnes par année

--ooOoo--

Voir Texte des six premiers Livres du Bellum Gallicum

En

Latin

En

Anglais

En

Français

Livre premier

Livre premier

Livre premier

Livre deuxième

Livre deuxième

Livre deuxième

Livre troisième

Livre troisième

Livre troisième

Livre quatrième

Livre quatrième

Livre quatrième

Livre cinquième

Livre cinquième

Livre cinquième

Livre sixième

Livre sixième

Livre sixième

Livre septième

Livre septième

Livre septième

..
 

 

 Vers le haut